La livre sterling, l’euro et le dollar (2007)

    Paris – Compte rendu en français (16 pages)

    La journée de discussion coprésidée par Lord Radice, Président de la section britannique du Conseil franco-britannique et de la Commission Europe de la Chambre des Lords, et Christian de Boissieu, Président délégué du Conseil d’Analyse économique, avait un triple objectif : faire un état des lieux monétaire, comparer les politiques économiques et tirer quelques leçons réciproques des expériences monétaires au Royaume-Uni et dans la zone euro.

    Objectif pleinement atteint si l’on considère la qualité des participants, la densité des débats et la liberté de ton adoptée. Dans les échanges directs et ciblés, les idées reçues tombaient vite : non, l’euro n’est pas un facteur d’inflation en soi ; non, la politique monétaire de la BCE ne peut pas être chargée de tous les maux de la zone Euro ; oui, la construction monétaire européenne est rendue vulnérable par l’absence de discipline budgétaire et fiscale : une monnaie ne vaut rien sans une série d’engagements associés.

    Enfin sur la question de l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’euro, il a été dit que celle-ci était théoriquement encore à l’ordre du jour, mais qu’aucun gouvernement n’était disposé à passer à l’acte avant plusieurs années car il ne voudrait pas mettre en danger sa réputation dans un référendum.

    Document(s) lié(s)

    Informations

    Thème(s)